Chemins de Rocamadour

Avant de parler des Chemins de St Jacques de Compostelle, nous parlions dans notre région des chemins roumieux. L’étymologie de ce terme a deux origines possibles. Soit il est question des anciennes voies romaines, soit il s’agit des routes de pèlerins menant à Rome (première destination occidentale des pèlerins).

Au fil du temps, l’usage du mot s’est élargi et ce sont tous les chemins de pèlerins qui sont devenus chemins roumieux. C’est une appellation qui collait donc tout naturellement à un pèlerinage tel que celui de Rocamadour. Pour notre Cité, les historiens parlent désormais des Chemins de Rocamadour comme on parle également des Chemins de St Jacques de Compostelle.
Même si le pèlerinage de Rocamadour n’est plus aussi connu que celui de St Jacques, il faut savoir qu’il a été depuis le XIIème siècle une des principales grandes destinations. Les chapelles dédiées à Notre Dame de Rocamadour sont nombreuses à travers l’Europe et principalement en Espagne.

Pouvait-il y avoir une concurrence entre des pèlerinages tels que St Jacques et Rocamadour ?
Certainement, mais le croyant courrait, en fait, les indulgences afin de gagner le paradis et ceux qui étaient en route pour St Jacques n’hésitaient pas à faire un long détour afin de passer par Rocamadour.

Hôpitaux, fontaines, calvaires ou montjoies jalonnaient les parcours et désignent ainsi de nos jours les principaux chemins empruntés naguère.

Sur notre commune, quelques-uns de ces chemins sont devenus des routes goudronnées mais la plupart ont pu garder les caractères des chemins ancestraux bordés de murets de pierres sèches dans une nature préservée. Quelques boucles pédestres de différentes distances sont possibles à partir du Site prestigieux.

On peut aussi s’inspirer des GR 6 ou 46 (balisages blanc et rouge) ou autres PR (balisage jaune) afin de s’imprégner des Causses du Quercy.

Rocamadour est aussi toujours lieu de pèlerinage et ceux qui suivent la voie du Vézelay ou du Puy ont différentes occasions pour nous rejoindre.

Différents projets sont en cours de réalisation (Cadouin/Rocamadour, Bènevent/Rocamadour…) et une variante du chemin du Puy est désormais possible depuis Figeac. Rejoignant Rocamadour, elle se dirige vers La Roumieu en passant par Gourdon, Salviac, La Monjoie… C’est le nouveau GR 652.

Emprunter ces chemins, c’est marcher dans les pas de pèlerins certes, mais aussi approcher la vie quotidienne des générations de paysans caussenards qui ont dû s’adapter à des conditions